Préhistoire

De Apocalypsis
Aller à : navigation, rechercher

Notes de l'historien

Vue d'artiste de la Terre avant le réchauffement global

1. Nos connaissances actuelles ne remontent pas au-delà de la fin de ce que les premiers hommes appelaient « le XXè siècle » UTP (unité de temps préhistorique). Aucune archive numérique concernant les périodes préhistoriques précédentes n'a pu être retrouvée.

2. Il convient cependant de prendre connaissance de ces données même lacunaires, puisque les dernières recherches montrent que l'acquis culturel de ces trois types de sociétés éclaire véritablement l'Histoire des trois principaux acteurs qui ont marqué la dernière période historique. (cf article « Histoire »).

3. En outre, nous rappelons ici au lecteur que les archives prouvent incontestablement que notre échelle temporelle actuelle d'une journée galactique remonte aux caractéristiques du Premier Monde que peuplaient les Hommes à l'époque Préhistorique.

4. Nous savons aujourd'hui que la Terre était située dans ce qui est aujourd'hui le système 0 de la galaxie 0. Cette certitude, révélée par le peuple des Héritiers de l'Histoire (un courant dissident de la Guilde depuis des générations) laisse penser que la période préhistorique remonte à une période très reculée.}}



2050 UTP. Début d'une lente agonie...

Il semblerait que la Terre (nom préhistorique du Premier Monde aujourd'hui disparu) était divisé en trois groupements politiques très différenciés du point de vue de leurs compositions et conceptions des sociétés humaines.


L'Union Nord-Américaine

D'après les plus vieilles archives humaines retrouvées, il s'agissait d'un « État Fédéral » (concept flou que les historiens n'ont jamais réussi à définir clairement). Les conservateurs libéraux étaient au pouvoir depuis les années 2010. Le continent avait déjà commencé à se replier sur lui-même depuis quelques décennies. Il est fait allusion à une date qui aurait été le déclencheur de ce repli identitaire xénophobe : « 09/11/2001 WTC ».

La peur de l'autre omniprésente dans cette entité politique n'avait d'égale que sa capacité de déploiement de forces militaires.}}


L'Unité européene

Cette entité politique difficile à appréhender était arrivée au stade ultime de son processus, et s'étalait sur plusieurs millions de km², des bords de « l'atlantique » à ceux du « pacifique ».

L'organisation politique de cet ensemble était sa principale originalité, s'approchant de la notion de Gouvernance. Contrairement aux deux autres ensembles, l'imbrication progressive des intérêts politiques, économiques avait dissolu la vieille notion de pouvoir exécutif. Il semblerait que les décisions se prenaient à de multiples échelles technocratiques. D'où la légende qui prétend que l'un des premiers dirigeants conservateurs de l'Union Nord-américaine plaisantait déjà sur ce thème : « l'Unité Européenne ? Donnez moi un Nom et un numéro ComSet ! »

Toujours est-il que la puissance économique de cet ensemble était sur le déclin. « L'ancien monde », qui avait probablement été le berceau de la civilisation humaine au niveau continental, se trouvait dominé par la puissance économique Sino-JapIndienne, alors que l'Etat Nord-americain possédait le monopole de la violence militaire.


L'Union Sino-Japindienne

Ce groupement fut consacré en 2025 après la chute définitive des vestiges du « système communiste chinois » (ce concept historico-économique reste une énigme). Cette Union avait toutes les caractéristiques de la puissance d'avenir, puisque son poids sur les intérêts de la planète allait croissant.

Et pendant ce temps-là, dans les restes du monde... Sur les autres continents, il semblerait que la misère la plus totale ait régné durant cette période : les guerres civiles, dont certaines factions étaient parfois soutenues par l'une ou l'autre puissance, ravageaient une économie qui ne pouvait déjà plus envisager de rattraper le retard accumulé. Après la période des grandes pandémies, qui avait connu son apogée autour de 2010 avec l'apparition d'une mutation du VIH (un virus s'attaquant aux défenses immunitaires humaines), la population de ce qu'on appelait encore au XXème siècle les « Etats en émergeants » fut divisées par deux.


Première Apocalypse

Archive historique de la Terre à l'époque du réchauffement globale

En 2020, l'organisation des nations unies (l'équivalent du Grand Congrès à ses débuts, cf. très bon travaux de l'équipe « préhistoire » des encyclopédistes du syndicat des commerçants indépendants) avait été déclarée officiellement obsolète, puisque les processus sans cesse croissants d'interdépendance économique et sociale entre les puissances appelaient la création d'un organisme qui cesse de donner l'illusion de représenter des peuples, au profit d'un organisme représentants les réelles puissances et leurs intérêts, que leur forme soit politique ou économique.


Ainsi, l'O.I.M.I. : Organisation des Intérêts Mondiaux Indépendants, réunissait aussi bien les dirigeants politiques des ensembles décrits ci-dessus que les dirigeants des grands groupes industriels qui possédaient un pouvoir équivalent. Quant au quart-Monde, on avait estimé qu'il n'était pas nécessaire qu'il siège au sein de cette organisation qui avait pour vocation de mettre en oeuvre l'intérêt des puissants.

Les premiers signes de cataclysme écologique sur la Terre avaient déjà été constatés au début du XXIè siècle. Mais jusque là, les optimistes technologiques l'avaient emporté (d'après les traces écrites que nous avons pu retrouver il s'agissait surtout de la position de l'État Nord Américain). D'après eux, il était urgent d'attendre avant de lancer des politiques visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, puisque la technologie viendrait un jour au secours de l'humanité. Devant l'inexistence de coopération internationale, aucune des puissances n'était prête à faire le premier pas, ce qui s'est finalement soldé par les effets que nous connaissons.

Mais le développement des puissances chinoise et indienne, inconcevable jusqu'au milieu du XXIè siècle, avait rapidement eu pour effet de montrer de façon incontestable le danger imminent du réchauffement climatique, lorsque les surface émergées furent diminuées de 5 % en 10 ans, que les modifications climatiques eurent entraîné l'impossibilité de continuer à produire les biens agricoles de la même façon, finissant de condamner par là les 2/3 de l'Humanité la plus pauvre.

En 2040, un rapport de scientifiques indépendants, sous l'égide de l'O.I.M.I, finit par estimer à 50 ans l'espérance de survie de l'humanité sur la Terre à ce rythme de dégradation.


Grand Exil des puissants

Archive photographique de navettes quittant la Terre

Ils ne s'étaient trompés que de peu : un gros siècle plus tard, en 2200, la vie sur la Terre n'avait rien de comparable avec ce qu'elle avait été jusque là : si la construction des dômes autorégulés avait permis à l'essentiel des sociétés développées de l'ancien continent et d'Amérique du Nord ainsi qu'aux élites urbaines de l'Union Sino-Japindienne de gagner du temps avant la crise climatique et biologique (connue des historiens sous le nom de Première Apocalypse) qui devenait imminente, l'immense majorité des humains peuplant la planète avait disparu ou subi des mutations génétiques inaltérables stérilisante ou pénalisantes, les ramenant à une sous-espèce de la branche humaine.

Mais parallèlement, les programmes de colonisation financés en priorité et dans l'urgence par l'O.I.M.I étaient un succès : en l'an 2150 de l'échelle temporelle préhistorique, les premières colonies s'établirent sur la planète Mars. Les élites qui en possédaient les moyens purent payer à prix d'or l'évacuation de la Terre. Ici s'arrête mystérieusement la connaissance que nous avons de la Préhistoire terrestre. Les scientifiques datent à l'année 2575 UTP la mort effective de la Terre.